Mobilisation citoyenne #jaipasecole

Des parents et des professionnels témoignent des difficultés

de scolarisation des enfants en situation de handicap sur marentree.org

Paris, le 27 août 2019 – En quelques jours, de nombreuses familles se sont emparées de la plateforme marentree.org pour témoigner des difficultés de scolarisation pour cette rentrée scolaire 2019 – 2020 pour leurs enfants en situation de handicap. En effet, l’Unapei et ses partenaires*, acteurs historiquement engagés pour le droit à l’éducation pour les enfants en situation de handicap ont lancé, le 9 août dernier, une mobilisation citoyenne sur marentree.org. L’objectif : donner la parole aux parents d’enfants en situation de handicap et aux professionnels et leur permettre de mettre en lumière la réalité du parcours scolaire de leur enfant, souvent source d’exclusion et de perte de chance. Si les témoignages affluent déjà et mettent en évidence les manquements cruciaux de notre pays, la mobilisation continue…

 

« Pouvons-nous continuer à passer sous silence le scandale de milliers d’élèves en situation de handicap qui sont sans solution adaptée à leurs besoins. Nos associations, les parents, les enfants, les professionnels restent confrontés tous les ans à la même problématique : nos enfants en situation de handicap vont-ils pouvoir cette année suivre un parcours scolaire ? Nos enfants vont-ils pouvoir partager des temps de socialisation avec les autres élèves de leur tranche d’âge ? Avec marentree.org nous voulons rendre visibles les invisibles et disposer d’un outil qui nous permette d’évaluer les besoins sur tous les territoires. Il s’agit également de collecter les témoignages qui nous sont par ailleurs régulièrement demandés par le gouvernement quand on le sensibilise aux réalités vécues par les familles » explique Luc Gateau, président de l’Unapei.

 

Les parents témoignent :

 

Charlie, 5 ans. « Charlie va avoir 6 ans et n’a aucune solution, liste d’attente de 2 à 3 ans en IME (institut médico-éducatif), scolarisation impossible du fait du polyhandicap, PCH (prestation de compensation du handicap) insuffisante, nous avons dû saisir le TGI (Tribunal de grande instance) pour un recours. Outre l’abandon du travail de la maman entraînant une désocialisation totale, une perte importante de revenus, un appartement qui devient non adapté, etc… etc… en bref le mur de l’impuissance prend de la hauteur à chaque étape de la vie de notre petit ange. »

 

Evangelline, 7 ans. « Je suis la maman d’une petite Evangelline de sept ans et demi, sans scolarité, sans accueil IME, elle est sur liste d’attente d’un établissement IME qui a un terme de 4 ans d’attente et qui nous formule la complexité pour eux de recevoir notre fille, qui est en rupture de parcours total depuis 2017. »

 

Yoan, 9 ans. « Yoan enfant autiste, attend depuis trois ans son IME. Armé de courage, il a tenu trois ans en ULIS primaire (Unité localisée pour l’inclusion scolaire) mais aujourd’hui, le cœur lourd d’angoisses, il ne peut, il ne veut plus y aller. Alors il attend ses soins, il attend des nouveaux copains, il attend un IME adapté. Trop handicapé pour l’école et pas assez pour certains IME. Moi, sa maman je livre un combat pour sa vie. J’ai lu un jour que les parents d’enfants handicapés avaient un niveau de stress équivalent à un soldat sur le champ de bataille. Je confirme, je vais certainement m’engager dans l’armée… »

 

Anouk, 12 ans. « Anouk n’a pas de place au collège en classe ULIS pour septembre. L’inspection académique vient de nous informer qu’elle etait sur liste d’attente. Donc Anouk doit rester en dispositif ULIS primaire. Nous savons que de nous dire “liste d’attente” veut dire juste elle n’aura pas de place avant septembre 2020. »

 

Esteban, 12 ans. « Esteban est rentré en IME en avril 2016. En septembre 2016, sa prise en charge à été suspendue par l’établissement suite à une difficulté de prise en charge. Depuis mon enfant est déscolarisé, désocialisé, sans structure adaptée, il bénéficie par semaine de 45 minutes de scolarisation à domicile par l’enseignante de l’IME et 1 heure d’art thérapie. »

 

Antoine, 17 ans. « Antoine a été exclu de l’école dès le CE1. Ma bataille dure depuis presque 10 ans, je n’ai toujours pas de solution pour mon fils. J’ai presque tout tenté à part une grève de la faim…. Tant d’années perdues, tant de portes fermées et d’exclusions. »

 

Votre enfant est sans solution adaptée à ses besoins pour cette nouvelle année scolaire, faites-le savoir ! Témoignez sur marentree.org

Vous êtes parent ou vous accompagnez un enfant en situation de handicap… Votre enfant n’a pas de place à l’école qu’elle soit ordinaire ou spécialisée (IME). Il est accueilli par défaut dans une structure qui ne lui convient pas ou plus ? Son accueil est partiel, insuffisant, inadapté à ses besoins… et cela l’empêche de progresser et d’améliorer ses compétences ?

En témoignant sur marentree.org, contribuez à faire connaître les situations vécues par des milliers d’enfants, qui année après année, sont exclus des systèmes scolaires en raison de leur handicap.

 

Opération propulsée par l’Unapei, avec le soutien de :

Agir et Vivre l’autisme

AIRe (Association des ITEP et de leurs réseaux)

ANECAMSP (Association nationale des équipes contribuant à l’action médico-sociale précoce)

APAJH (Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés)

APF France Handicap

Autisme France

Autistes sans frontières

CESAP

CFHE (Conseil Français des personnes Handicapées pour les questions Européennes)

CFPSAA

CLAPEAHA

Cofrade (Conseil français des associations pour les droits de l’enfant)

Croix rouge française

Epilepsie France

FISAF (Fédération nationale pour l’inclusion des personnes en situation de handicap sensoriel et DYS en France)

FFAIMC (Fédération française des associations d’infirmes moteurs cérébraux)

FFDys (Fédération Française des DYS)

Fondation pour l’école

Hizy by Handicap international

Sésame Autisme

SOS Education

UNAFAM (Union nationale de familles et d’amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques)

Uniopss (Unir les associations pour développer les solidarités)

 

Pour apporter votre témoignage ou pour toute communication, vous pouvez contacter Sésame Autisme Languedoc-Roussillon : 

sesameautisme.languedocroussillon@orange.fr

tel : 04 68 51 09 92